jeu_144web

Caligula (remix) de Marc Beaupré (Terre des Hommes, 2010). © Benoît Beaupré.

Les sciences et les arts, d’éternels antagonistes ? Les nouvelles technologies, gadgets futiles sur la scène d’une pratique millénaire ? Voilà, entre autres, les questions qui sont à l’origine de ce dossier. Jeu souhaitait dresser un état des lieux des relations qu’entretient le théâtre avec les sciences et les technologies, à une époque où ces dernières évoluent à une telle vitesse qu’il semble parfois impossible pour quiconque de les rattraper. Dans cette course, le théâtre est-il lui-même perdant ? Les textes du dossier tendent plutôt à démontrer qu’au contraire, les échanges entre ces domaines participent de l’avancement du travail des uns et des autres, et enrichissent l’expérience du spectateur.

La technologie comme médiation entre scène et salle. Les manipulations sonores et leurs effets sur la réception. Le virtuel serait-il en voie de nous rendre tous acteurs ? La robotique sur scène, entre mensonge et vérité. Les Variations Darwin de Jean-François Peyret et Alain Prochiantz. Le « théâtre quantique » espagnol. Le théâtre de science-fiction. La visualisation, au théâtre comme en neurobiologie. Sciences et technologies servent-elles ou trahissent-elles le théâtre ? Une Entrée libre de Jeu réunissant Marc Beaupré, Stéphane Gladyszewski et Denise Guilbault.

Aussi dans ce numéro

Coup de gueule de Philippe Ducros. John Florio, l’homme derrière Shakespeare. Les festivals Méli’môme et Petits bonheurs. L’approche chorégraphique de Pina Bausch. Les récents succès du théâtre québécois à Paris.

Consultez JEU 144 sur Érudit.