Catégorie : JEU 172 : Rire

Dossier Rire

Les moments d’euphorie et de franche rigolade, au théâtre, sont aussi importants et marquants que peuvent l’être les passages ardents qui nous tirent les larmes. Trop souvent dépréciée par rapport à un art plus sérieux, la comédie exige pourtant des techniques de jeu d’une grande précision, du rythme et de la surprise, mais aussi des mots et des situations qui peuvent susciter l’hilarité. Toutes sortes d’humour amènent des rires différents de la part du public. De l’art clownesque au théâtre de l’absurde, de la comédie classique au stand up comique, quelles sont les ficelles à tirer pour obtenir l’effet recherché ?

En ouverture de dossier, l’auteur, humoriste et chroniqueur Christian Vanasse réfléchit à l’incontournable question des limites de l’humour : peut-on rire de tout au théâtre ? Deux virtuoses de la drôlerie, Marie-Hélène Thibault et Didier Lucien (superbes modèles de la couverture de ce numéro), se prêtent au jeu du dialogue et partagent leurs réflexions sur leur pratique d’actrice et d’acteur particulièrement doués pour le jeu comique. Notre collaborateur Ralph Elawani décortique le rire en interrogeant théoricien∙nes et praticien∙nes, parmi lesquel∙les figurent Fabien Cloutier et Stéphane Crête. La dramaturge Catherine Léger, pour sa part, signe un plaidoyer en faveur de l’humour subversif et de l’usage controversé de la vulgarité. Le créateur du clown Omer Veilleux, Yves Dagenais, raconte l’histoire fascinante et sans frontière de l’art clownesque. Marie-Christine Lemieux-Couture évoque « le point Deschamps », ce moment où, dans une controverse en humour, on sort inévitablement l’exemple du plus célèbre de nos monologuistes. Quant au journaliste Mario Cloutier, il s’entretient avec les membres du Projet Bocal, Sonia Cordeau, Simon Lacroix et Raphaëlle Lalande, autour de la notion d’absurde. Puis, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, rare diplômé en théâtre et en humour, évoque son passage heureux de l’un à l’autre.

Consultez JEU 172 sur Érudit