Nouvelles

Décès de l’écrivain et dramaturge Roland Dubillard

Selon l’AFP:

L’écrivain, dramaturge et comédien Roland Dubillard, auteur notamment des “Diablogues”, est décédé mercredi à l’âge de 88 ans, a annoncé son agent à l’AFP.

Auteur d’une oeuvre empreinte de poésie absurde et d’humour noir, qui a parfois été rapprochée de celle de Beckett et de Ionesco, Roland Dubillard a surtout écrit pour le théâtre, des pièces comme “Naïves hirondelles” (1961), “Le jardin aux betteraves” (1969) ou “Les diablogues” (1975).

Son oeuvre avait fait l’objet d’un festival en 2004 à Paris au théâtre du Rond-Point, avec notamment “Le Jardin aux betteraves” dans une mise en scène de Jean-Michel Ribes, avec Julie Depardieu et François Morel.

“Les Diablogues” avaient aussi été joués au théâtre du Rond-Point au 2007, dans une mise en scène d’Anne Bourgeois, avec François Morel et Jacques Gamblin, puis dans une version féminine au Théâtre Marigny mise en scène par Jean-Michel Ribes.

La version filmée de cette pièce au Rond-Point est programmée pour les fêtes de fin d’année sur France 2.

“C’est un immense poète comique”, a déclaré Jean-Michel Ribes pour qui “ses pièces sont une réponse absolue à ces raisonnements qui font qu’on n’est plus que des machines à argent”. “C’est quelqu’un dont on va probablement mesurer maintenant l’incroyable génie” et “dont l’univers, je l’espère, va continuer à nous apporter l’oxygène qui nous manque”.

Venu au cinéma grâce notamment à Jean-Pierre Mocky, Roland Dubillard est apparu dans plusieurs films du cinéaste (“Les compagnons de la marguerite”, “La grande lessive !”, “Le témoin”). Il a tourné aussi avec Yannick Bellon (“Quelque part quelqu’un”), Alain Corneau (“France, société anonyme”), Patrice Leconte (“Les vécés étaient fermés de l’intérieur”), Andrzej Zulawski (“L’amour braque”) ou Serge Gainsbourg (“Charlotte for ever”).

Né le 2 décembre 1923 à Paris, il est aussi l’auteur de recueils de poèmes et de nouvelles.

Malade depuis longtemps, Roland Dubillard avait été victime en 1987 d’un accident vasculaire qui l’avait condamné au fauteuil roulant.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *