Critiques

Projet BBQ : Par le ventre et l’esprit

Marc Gourdeau (édition 2016)

Projet BBQ propose une amusante soirée où quatre groupes de spectateurs dynamiques arpentent les rues de Saint-Roch et Saint-Sauveur à la recherche de lieux familiers transformés pour une soirée en autant de banquets platoniciens. Les agapes sont modestes, mais succulentes.

Marc Gourdeau (édition 2016)

Cinq auteurs investissent cinq lieux avec des textes à portée sociale et politique. Réfléchir sérieusement en dégustant des finesses culinaires présentées et préparées avec amour. Deux plaisirs se combinent ainsi, entremêlant condiments et questionnements sur les aléas de la vie. Aux meutes de Où tu vas quand tu dors en marchant…?, le Carrefour oppose ici des rencontres conviviales en petits groupes de 30 personnes pour engager discussion et réflexion entre péripatéticiens.

Sous la dent

En guise d’introduction, la Bécane à bouffe nous offre un délicieux tempeh. En route donc vers l’Aquarium du Cercle. Erika Soucy nous présente Le Donneur, où nous assistons au lancement d’une campagne de financement pour un projet d’aide humanitaire. À travers un personnage exécrable, imbibé de générosité, les donateurs deviennent des hypocrites voulant se dédouaner d’une culpabilité atavique. Coup de griffe à l’aide humanitaire pour dénoncer abus et perversion de la compassion. Pendant ce temps, nous dégustons grillons et chenilles grillés, futur menu de l’humanité en mal de protéine animale.

Marc Gourdeau (édition 2016)

Au Salon Niché du Cercle, Agace d’Isabelle Hubert suggère la légitimité de l’assassinat des violeurs, leur prédation sexuelle équivalant à la fin d’une vie. Petit meurtre annoncé par la victime elle-même, l’objet du crime étant une huître contaminée. Le crime parfait. Le chef du Cercle nous sert donc des huîtres comme amuse-gueule avec coulis et jujubes de pommes. Moment de doute. Mais seul le violeur mourra sur la table centrale transformée en autel du double sacrifice : le viol et la mort.

Au Pied bleu, l’hôtesse nous accueille avec une fondue de quatre fromages québécois, absolument merveilleuse. Pendant que nous piochons dans le plat avec pain et légumes, le resto est secoué par une descente des inspecteurs du MAPAQ. Anne-Marie Oliver, avec Parler cru, revient sur la crise de la listériose (2008), douloureux épisode où on a voulu tuer un maringouin avec un bazooka. Olivier n’est pas tendre à l’endroit du MAPAQ et y dénonce la collusion avec les fromagers industriels. On nous sert en point d’orgue un morceau de l’exceptionnelle Tomme à Rudy, en hommage à Rudy Ducreux, ce valeureux Gaulois qui a résisté et continué à produire des laits crus. Serrement de gorge pour celui qui nous a quitté récemment.

Marc Gourdeau (édition 2016)

Du cynisme à la dérision

Dans Je suis une frite, non ce n’est pas ça de Steve Gagnon, Marie-Josée Bastien gagne sa vie à faire de la pub au coin de la rue, déguisée en casseau de patates. Réflexion pathétique sur ce que doivent faire les comédiens pour gagner leur vie. Mais excellente poutine servie au Coin de la Patate, institution populaire du quartier.

Enfin, nous sommes tous regroupés au Zinc, le café officiel du Carrefour, pour le dessert. Joëlle Bond y présente Grosse tarte, une farce musicale en forme de cabaret festif où il est permis de rire de nos travers et autres bourdes quotidiennes. Accompagnés de deux musiciens, les neuf cabarettistes endiablés contaminent la salle d’une vibrante énergie. Sur cette apothéose de bonheur, on nous sert tartes, tartelettes et sucreries à volonté.

Marc Gourdeau (édition 2016)

Avec son côté bon enfant et convivial, Projet BBQ occupe l’espace public et s’inscrit dans cette tendance de réappropriation de la ville qu’on retrouve dans toutes les formes d’art. Ces courts textes sont autant d’amorces pour stimuler une pensée collective alors que thèmes et menus se font écho. À voir pour passer autrement une agréable soirée au cœur de la cité.

Projet BBQ

De Joëlle Bond, Steve Gagnon, Isabelle Hubert, Anne-Marie Olivier et Érika Soucy. Mise en scène : Claude Breton-Potvin. Scénographie : Ariane Sauvé. Costumes : Marie McNicoll. Musique : Patrick Ouellet. Musiciens : Andrée Bilodeau et Olivier Forest. Une production du Collectif BedRoc. À partir de la Bibliothèque Gabrielle-Roy, à l’occasion du Carrefour international de théâtre de Québec, jusqu’au 6 juin 2017.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *