Entrevues

Éric Noël : à la lumière des tabous

Miranda et Dave recommencent encoreDavid Ospini

Deux semaines avant la soirée de lecture de la pièce de Rhiannon Collett Miranda et Dave recommencent encore, le traducteur Éric Noël nous livre les détails de sa rencontre « cosmique » avec l’artiste et sa passion profonde pour son texte et ses enjeux. 

C’est la directrice du festival Jamais Lu, Marcelle Dubois, qui a contacté Éric pour qu’il traduise le texte de Rhiannon Collet, dramaturge non-binaire de Toronto.

« J’ai vite compris pourquoi elle m’avait demandé. Il y a des éléments dans l’écriture de Rhiannon et dans la mienne qui se connectent. On se rejoint sur notre façon de raconter des histoires et sur certaines thématiques qui nous questionnent », indique Éric. 

Il a travaillé conjointement avec Rhiannon tout au long de son travail d’adaptation, pour être au plus près de l’histoire et, surtout, pour en faire ressortir l’essence. 

« C’est un constat assez dur sur la non-rencontre, la non-compréhension et la violence entre l’homme et la femme. Les personnages sont très malhabiles dans la parole, ils ont de la misère à se rencontrer. Les personnages vont plus loin dans leur ressenti lors des monologues. Ça a été intéressant dans la traduction parce que c’était une langue plus poétique où j’ai pu avoir plus de liberté », se rappelle Éric.  

À la première lecture de la pièce Miranda et Dave recommencent encore, l’auteur québécois raconte avoir été très séduit, mais également grandement confronté. Le fait que ce texte soit venu le déranger dans certaines de ses certitudes a confirmé son envie de travailler avec l’artiste. « C’est un texte très frontal. Rhiannon remet beaucoup en question le schéma de la relation hétéro homme-femme, un schéma qui recommence constamment, notamment dans la sexualité et dans la violence que les femmes subissent », raconte-t-il. 

Résolument féministe, la pièce de Rhiannon utilise une parole assumée, crue et directe afin d’amener une réflexion sur les rôles genrés et stéréotypés et leur violence au quotidien. 

« Il y a quelque chose d’hyper provocateur, mais en même temps de très maîtrisé. Rihannon veut nous faire rendre compte à quel point on gagnerait à rendre les rôles beaucoup moins figés », explique le traducteur. 

Dans Miranda et Dave recommencent encore, Rhiannon met en relation trois personnages : Miranda, son compagnon Dave et sa sœur Eden. Elle désire créer une « zone grise », une histoire où il n’existe pas de personnages foncièrement bons ou mauvais. 

« Le personnage de Dave par exemple, il est drôle, en même temps, un peu nono, mais pas méchant puis finalement, il a ce côté du salaud qu’on ne veut pas reconnaître en nous. Alors, on ne sait plus où se placer. On observe comment, à travers le personnage de l’homme, de l’agresseur, les deux sœurs vont essayer de sortir de leurs conditions. Je pense que c’est très confrontant pour les hommes, mais aussi pour les femmes », livre Éric. 

Paroles crues et humour structurent le texte. D’après Éric, il s’agit ici d’un choix artistique qui permet au dramaturge de surprendre. Malgré la première impression de légèreté, la pièce cherche à déstabiliser. 

« C’est drôle, on rit, mais on rit jaune. Les paroles ne sont pas trash, mais frontales. Elle part du postulat qu’il y a un problème dès le commencement de la sexualité féminine où symboliquement, l’homme prend quelque chose à la femme, sa virginité. Rhiannon décide d’aborder ces enjeux de façon directe. Ça nous met dans une situation inconfortable et je pense que c’est la force de cette pièce », poursuit-il. 

La pièce Miranda et Dave recommencent encore cherche à nommer clairement des enjeux, à remettre en question des vérités et à parler de sujets tabous dans notre société. « Tu peux pas parler de cette pièce sans parler de l’enjeu central, tu ne pourras pas t’en sortir en brodant autour. Et c’est ce qui m’intéresse avec le théâtre : parler des choses qu’on a envie de cacher », livre le jeune auteur. 

Éric nous confie que ce texte l’a amené à se questionner sur sa vie personnelle et dans son quotidien. Il espère que les gens se positionneront sur cet enjeu « fondamental » de notre société et seront prêts à écouter la proposition osée de Rhiannon.

« J’ai hâte de voir les réactions du public. Tous les gens à qui j’ai fait lire ce texte ont été ébranlés. Ça m’étonnerait que ça laisse indifférent. Après, c’est aussi une pièce qui peut faire monter les gens aux barricades, mais je me dis tant mieux! », conclut Éric. 

Miranda et Dave recommencent encore

Texte : Rhiannon Collett. Traduction : Éric Noël. Mise en lecture : Sophie Cadieux. Interprétation : Florence Blain Mbaye, Guillaume Laurin, Leila Thibault-Louchem. Présentée dans le cadre du 18e Festival du Jamais Lu au Théâtre Aux Écuries, le 8 mai 2019.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *