Catégorie : JEU 147 : Le spectateur en action

jeu_147web

Vers solitaire (OUT) d’Olivier Choinière (l’Activité, 2008). © Élise de Blois.

Il marche dans l’espace, immergé dans un parcours ambulatoire, sa sensorialité exacerbée par le bougé du corps. Ailleurs, il danse. Chante. Parle avec les acteurs qui l’interpellent. Fait bifurquer le cours de la représentation. Plusieurs expériences théâtrales font aujourd’hui du spectateur, à divers degrés, un co-constructeur de l’œuvre, laquelle est souvent fondée sur un désir de rencontre avec l’Autre. Omniprésentes en arts visuels au tournant des années 2000, ces esthétiques relationnelles semblent avoir migré vers le théâtre où la tendance s’affirme et persiste. Ce dossier se penche sur quelques-unes des multiples formes que revêt cette mise en action du spectateur au théâtre, mais aussi du côté de la danse et des pratiques performatives, entre la réinvention des utopies participationnistes des années 70 et l’émergence nouvelle du « spectateur émancipé ».

Réflexions théoriques et pratiques sur la place du spectateur dans le théâtre contemporain. Pièces solos pour spectateur unique. Regards sur Olivier Choinière, Yan Duyvendak, Sophie Cadieux, Alexia Bürger, ainsi que sur les pièces Sleep No More et Gob Squad’s Kitchen. Dialogue entre Mathieu Marcoux et l’artiste multidisciplinaire Sophie Castonguay. Le fantasme de la participation du public en danse. Le spectateur ignoré. Carte blanche à Toxique Trottoir.

Aussi dans ce numéro

Panorama des écritures dramatiques contemporaines de langue allemande. L’empreinte du théâtre oriental chez Antonin Artaud. Portrait de l’auteur dramatique Jean-Paul Quéinnec. La face cachée du Festival de Stratford.

Consultez JEU 147 sur Érudit.