Entrevues

Martin Bellemare : écrire le bruit

Martin Bellemare ne présente pas une mais deux pièces au Jamais Lu, destinées aux jeunes spectateurs, un public qu’il connaît bien pour avoir écrit Des pieds et des mains, qui sera créée en mai au Centre national des arts d’Ottawa, ou encore Un Château sur le dos, présentée à la Maison Théâtre et aux Théâtre Les Gros Becs, toutes deux mises en scène par Marie-Ève Huot, du Théâtre Ébouriffé. Il est également l’auteur du Chant de Georges Boivin, monté en 2012 au Théâtre de La Balustrade par Mario Borges, et de La Liberté, créée au Théâtre de La Rubrique en 2013 par Christian Fortin et reprise au Théâtre Denise-Pelletier, dans la mise en scène de Gaétan Paré, en 2015.

« Au départ, dit Martin Bellemare, Le Cri de la girafe et L’Oreille de mer étaient une seule pièce, intitulée Les Bruits du monde, qui explorait comment le matériau sonore peut devenir matière théâtrale.» Lors d’une résidence à La Chartreuse (centre national des écritures du spectacle situé à Villeneuve lez Avignon), et d’une lecture devant public, il lui est apparu que la pièce était porteuse de deux tons différents. Après avoir tenté de les marier, pensant créer une dynamique et un contraste, il a finalement choisi d’en faire deux pièces différentes et autonomes l’une de l’autre : « Le Cri de la girafe présente un ton émotif près de la narration alors que L’Oreille de mer est une pièce plus éclatée, plus ludique, dans l’instantané.»

Écrire pour les enfants lui donne une impression de grande liberté : «J’ai un rapport différent à l’écriture selon le public auquel je m’adresse, reprend Martin Bellemare. Quand j’écris pour les enfants, je me sens plus dans l’amusement, même si le travail de recherche reste au même niveau d’exigence. J’ai lu beaucoup de pièces, de très bonnes pièces, et j’ai remarqué que les thèmes du quotidien et du milieu familial revenaient souvent. Aussi, j’ai eu envie de chercher d’autres portes d’entrée pour parler aux jeunes.»

C’est Marie-Ève Huot qui fera la mise en lecture des deux pièces : « Ce sera l’occasion de tester le texte avec des comédiens, dit Martin Bellemare. Le Jamais Lu nous donne les moyens de le faire. Bien que ce soit ma première participation au festival, j’y suis venu souvent, et j’assiste à toutes les lectures ! J’ai rencontré des auteurs, d’ici et d’ailleurs, qu’il m’est arrivé de retrouver lors de résidences d’écriture, au Québec et en France. J’aime cette dynamique ! »

Le Cri de la girafe et L’Oreille de mer

Mise en lecture de Marie-Ève Huot. Avec Marie-Michelle Garon, Mathieu Gosselin, Simon Labelle-Ouimet, Michel Mongeau et Evelyne Rompré. Au Théâtre Aux Écuries le samedi 30 avril à 14 h.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *