Nouvelles

La nouvelle saison du FTA dévoilée

© Sébastien Provencher

C’est sous le thème « Tresser des futurs vivaces » qu’est dévoilée aujourd’hui la programmation de la 18e édition du Festival TransAmériques. Cette dernière présentera 20 spectacles venant d’une quinzaine de pays dont plusieurs coproductions, premières mondiales et premières nord-américaines, le tout entre le 22 mai et le 5 juin prochain.

Sous la direction artistique de Martine Dennewald et Jessie Mill, le Festival promet « de réveiller notre capacité à nous réunir, à inventer de nouvelles familles et des futurs rayonnants, et en transcendant les frontières des disciplines. Des artistes du monde entier explorent l’amour et l’érotisme, les pouvoirs du théâtre, les potentialités du jeu vidéo ainsi que l’intelligence artificielle. L’art, les savoirs et la pensée des Premiers Peuples traversent à nouveau cette édition du FTA, qui s’affirme, une fois de plus, comme une célébration vibrante de l’effervescence artistique d’ici et d’ailleurs ».

Le spectacle d’ouverture, Du temps où ma mère racontait propose un portrait de famille témoin d’un Liban écorché par la perte, présenté par le chorégraphe Ali Chahrour.

Du temps où ma mère racontait © Christophe Raynaud de Lage

Parmi d’autres spectacles à noter : Gurshad Shaheman, qui avait conquis le public du FTA avec Pourama Pourama en 2018. Il est de retour avec Sur tes traces, une création binationale imaginée avec Dany Boudreault où les deux amis se livrent à un jeu de portraits croisés entre Téhéran et le Lac-Saint-Jean.

Autre retour attendu, celui de la chorégraphe ivoirienne Nadia Beugré avec Prophétique (on est déjà né∙es), qui nous transporte dans un salon de coiffure à Abidjan. Six divas majestueuses exposent la réalité des personnes trans dans cette métropole bouillonnante, à coup de coupé-décalé et de voguing.

Prophétique (on est déjà né∙es) © Werner Strouven – RHoK

Safia Nolin et de Philippe Cyr tenteront de sublimer la haine en s’emparant des insultes proférées à l’égard de l’autrice-compositrice-interprète pour en faire la matière de Surveillée et punie, une création musicale sur la liberté d’expression et ses limites.

Grâce au pouvoir de la fiction, le metteur en scène portugais Tiago Rodrigues, directeur du Festival d’Avignon, propulse le public dans un grand moment de théâtre où s’agitent de criants dilemmes moraux. Catarina et la beauté de tuer des fascistes brosse le tableau d’une famille qui tue des fascistes en résistance à la dictature.

La chorégraphe états-unienne Faye Driscoll présente sa dernière pièce Weathering, immense succès de la scène new-yorkaise. Sculpture multisensorielle portée par 10 interprètes, cette œuvre pose la question urgente de l’impact du climat sur la vie humaine.

Weathering © Maria Baranova

Venue d’Australie, Amrita Hepi se livre dans Rinse à un jeu chorégraphique, déployant sa recherche sur la danse et le corps comme lieux de mémoire et de résistance. Lauréate du Grand Prix de la danse de Montréal en 2022, Catherine Gaudet offre au FTA la première mondiale de sa nouvelle création, ODE. Une distribution de 10 danseurs et danseuses solaires incarne cette procession pop-païenne qui fait trembler les faux-semblants.

De nombreux autres spectacles de théâtre, de danse et multidisciplinaires seront présentés en salle et à l’extérieur. La programmation gratuite des Terrains de jeu propose une cinquantaine d’activités pour tout le monde : de grandes conversations, des débats d’idées, des ateliers pour bouger, des rencontres privilégiées avec les artistes et les désormais célèbres soirées au QG.

En savoir plus