Critiques

L’incroyable et ineffaçable histoire de Sainte-Dignité-de-l’Avenir : Résister à l’oubli

© Théâtre du Bic

Le théâtre n’est-il pas un lieu où l’on se fait raconter des histoires, des histoires qui nous arrachent des rires, des larmes, des grincements de dents, des révélations et tant d’autres choses ? Et quand cette histoire est celle des Opérations dignité, bien réelle et enracinée dans le territoire résilient de l’Est-du-Québec, il est heureux que des artistes la ramènent à notre mémoire, car les livres d’histoire, eux, n’en parlent pas.

Les Opérations dignité, ce sont ces incroyables mouvements populaires, par lesquels, dans les années 1970-1974, la population rurale a résisté à un plan gouvernemental qui aura fermé trente villages et expropriés plus de 21 000 personnes. À la suite des premières fermetures, les communautés se sont mobilisées pour mettre fin à l’exode en ville et au saccage territorial, afin de retrouver leur dignité. Et c’est pour célébrer le cinquantième anniversaire de ce « Grand dérangement de l’Est-du-Québec » que la deuxième mouture de L’incroyable et ineffaçable histoire de Sainte-Dignité-de-l’Avenir revient au Bic et en tournée dans l’Est du Québec cet été.

La pièce, proche parente du théâtre documentaire, apparaît surtout comme le spectacle d’un excellent conteur et d’une fabuleuse conteuse. Les deux interprètes, Catherine-Oksana Desjardins et Steven Lee Potvin, mettent en œuvre différents outils de scène, chansons, danses, ombres chinoises, incarnations de personnages vrais ou inventés, le tout avec humour et poésie. Malgré la quantité impressionnante d’informations qui nous sont livrées, jamais on ne s’ennuie.

© Théâtre du Bic

Eudore Belzile, qui signe une mise en scène alerte, a dû être qu’une source d’inspiration constante puisqu’il a connu les Opérations dignité. Le Théâtre des gens d’en bas, la compagnie dont il faisait partie, avait d’ailleurs consacré sa deuxième production à ces événements, en 1975.

Le texte est bien ciselé. Les mots y jouent, cliquettent, se glissent, se soufflent, se déclament, vocifèrent, chantent selon les péripéties et la nature du moment raconté. Ainsi, la tragique histoire des familles déracinées prend souvent la couleur du rire, maintes fois celle de l’indignation, quelquefois celle de la douleur.

Il faut dire aussi que, bien qu’ancrée dans la réalité de l’histoire du haut pays de l’Est-du-Québec de 1930 à 1974, la pièce s’envole quelquefois vers la fiction, et même vers la légende et le conte, à travers un livre magique qui parle du pays de l’Ombre.

Sur scène, semblable à un joyeux bric-à-brac, sont disposés des objets essentiels au jeu, mais aussi évocateurs : des poteaux, une corde à linge, un marchepied, une table, des chaises. Les archives de l’époque ainsi que des témoignages recueillis pendant la tournée de 2022 sont transmis sur un écran en fond de scène et sur une nappe étendue sur la corde. De petits accessoires vestimentaires (cravates, col romain, casquette, chapeau…) permettent l’apparition d’un curé, d’un fonctionnaire, d’une habitante, etc. L’espace scénographique permet donc le jeu sous toutes ses formes.

Le théâtre joue ici un de ses rôles fondamentaux : rassembler nos communautés pour réfléchir et s’égayer, en ramenant à notre mémoire et notre regard sur le courage des femmes et des hommes qui, hier comme aujourd’hui, croient que la terre appartient à qui en prend soin, ce qui ne peut qu’inspirer notre avenir.

© Théâtre du Bic

L’incroyable et ineffaçable histoire de Sainte-Dignité-de-l’Avenir

Bougie d’allumage : Martin Gagnon. Texte : Odile Gagné-Roy et Steven Lee Potvin. Idéation et mise en scène : Eudore Belzile. Jeu : Catherine-Oksana Desjardins et Steven Lee Potvin. Assistance à la mise en scène et régie éclairage : Colette Drouin. Scénographie, accessoires et costumes : Marilou Bois. Lumière : Mathieu C. Bernard. Environnement sonore et musique : Steven Lee Potvin. Vidéo : Marc Lepage. Direction de production : Anne Plamondon. Régie sonore et assistance à la direction technique : Émile Sany-Pepin. Direction technique : Philippe Dick. Une production du Théâtre du Bic, en collaboration avec le Centre de mise en valeur des Opérations Dignité. Présenté au Théâtre du Bic du 20 au 29 juin 2024, puis en tournée dans l’Est du Québec du 5 juillet au 17 août.

Avatar

Comédienne, metteuse en scène et autrice, Marie-Dominique a œuvré au sein de plusieurs troupes professionnelles. À titre de formatrice et pédagogue, elle a dirigé de nombreux ateliers de jeu ainsi que plusieurs mises en scène avec le Théâtre de l’Université de Montréal (TUM) et la troupe de théâtre du Cégep du Vieux Montréal. Elle vit à Rimouski.