Critiques

Jusqu’où te mènera Montréal? : Formule gagnante

David Ospina

En 2011, lors de l’ouverture du 10e Festival du Jamais Lu, Martin Faucher donnait naissance à un cabaret intitulé Jusqu’où te mènera ta langue? La soirée, animée par cinq comédiens et deux musiciens, était une savante juxtaposition de prises de parole souvent comiques, parfois tragiques et presque toujours politiques. Si bien que le spectacle a connu différentes moutures durant les quatre années qui ont suivi. Jeu avait même consacré le dossier de son numéro 146 à l’heureuse aventure.

David Ospina

Pour obtenir un tel résultat, Martin Faucher avait posé de bonnes et multiples questions à des auteurs aux plumes contrastées et aux dents longues. Dans leurs réponses étaient abordés les sujets les plus divers, de la vie de couple à la vie en société, de l’érotisme au capitalisme, de la création à la répression. Cette formule gagnante, le metteur en scène, maintenant directeur du FTA, a eu la bonne idée de la reprendre afin d’ajouter sa contribution aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

Impossible de ne pas rattacher Jusqu’où te mènera Montréal?, pour ainsi dire le spectacle de clôture du FTA, à celui qui a ouvert le bal, 100 % Montréal. Ce qui manquait à la création de Rimini Protokoll apparaît ici en toutes lettres. Là où les Allemands ne parvenaient pas à transcender les statistiques, les inventeurs de ce «cabaret théâtro-littéraire-touristiquement-incorrect» ont réussi a insuffler une vérité poignante.

C’est que les sept auteurs livrent leur témoignage, nous racontent leur étonnant périple dans un quartier de Montréal qu’ils connaissaient peu ou alors pas du tout, mais c’est aussi qu’ils ramènent avec eux les paroles des gens qui y vivent, les êtres dont ils ont croqué un bout de quotidien, un morceau de journée ou de destin, un fragment de rêve ou de désespoir.

Les comédiens (Alex Bergeron, Karine Gonthier-Hyndman, Sharon Ibgui, Etienne Lou et Papy Maurice Mbwiti) et les musiciens (Navet Confit, Guido Del Fabbro et Benoit Landry) sont là pour soutenir, ponctuer et amplifier la prise de parole des auteurs, qui viennent tour à tour déballer leur sac dans les styles les plus divers, de l’analyse sociopolitique au cauchemar éveillé en passant par la légende fondatrice.

À Westmount, Marie Louise Bibish Mumbu se heurte à la richesse et aux privilèges. À Saint-Michel, Sébastien David s’aventure dans un «forum jeunesse» qui le transforme. À Hochelaga-Maisonneuve, Alexis Diamond expérimente la fraternité et… la lutte amateur. À Beaconsfield, Anne-Marie Guilmaine pénètre dans une communauté tissée serrée, très serrée.

David Ospina

À Villeray, Thomas Hellman croise des personnages fort attachants, piliers de bar et adeptes du «zéro déchet». À Parc-Extension, Pierre Lefebvre observe les multiples incidences de la pauvreté. Dans le Vieux-Montréal, Melissa Mollen Dupuis ne peut s’empêcher de souhaiter qu’on reconnaisse la place que les Autochtones ont occupée et occupent toujours dans l’histoire et le développement de la ville.

De la métropole, le spectacle traduit pleinement les paradoxes. Il y a la solidarité voisine de l’individualisme, le passé empoigné par le présent, la richesse niant la pauvreté… On voit apparaître les splendeurs, les raisons d’être fiers, mais aussi les calamités, consternantes. On quitte la salle avec une envie folle d’arpenter cette ville, la nôtre, d’un bout à l’autre, pour mieux la connaître, mieux l’aimer, mieux la changer, en somme mieux vivre ensemble.

Jusqu’où te mènera Montréal?

Idéation et mise en scène : Martin Faucher. Auteurs : Sébastien David, Alexis Diamond, Anne-Marie Guilmaine, Thomas Hellman, Pierre Lefebvre, Melissa Mollen Dupuis et Marie Louise Bibish Mumbu. Avec Alex Bergeron, Karine Gonthier-Hyndman, Sharon Ibgui, Etienne Lou et Papy Maurice Mbwiti. Musique : Navet Confit, Guido Del Fabbro et Benoit Landry. Éclairages : Marie-Aube St-Amant-Duplessis. Une coproduction du Jamais Lu, du Théâtre Aux Écuries et du Festival TransAmériques. À la Cinquième Salle de la Place des Arts, à l’occasion du Festival TransAmériques, jusqu’au 8 juin 2017. Aux Écuries du 12 au 14 octobre 2017.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *