Chroniques

S’inventer des tribunes

On dit souvent que l’univers médiatique québécois est saturé. Qu’il n’y a pas de place pour les nouveaux venus. Pas de place pour de nouvelles manières de concevoir le journalisme. Pas de place pour de nouveaux médias où des journalistes consciencieux pourraient prendre la parole en toute liberté, c’est-à-dire sans se préocupper de ce que les précieux annonceurs vont en penser. Heureusement, il y a quelques initiatives qui démontrent le contraitre. Les inventeurs de la revue Urbania et ceux qui bossent en ce moment même à la création de Nouveau projet ont osé remettre en cause l’ordre établi, s’inventer une tribune.

Dans la sphère théâtrale montréalaise, on entend aussi assez souvent que le milieu est saturé. Qu’il n’y a pas de place pour la relève. Pas de place pour de nouvelles manières de concevoir la création. Pas de place pour de nouvelles compagnies, pour de nouveaux lieux, pour de nouvelles infrastructures. Jusqu’au jour où de jeunes artistes particulièrement déterminés ont décidé de prendre le taureau par les cornes et de fonder un nouveau théâtre.

En donnant naissance Aux Écuries, un premier lieu de création et de diffusion en 20 ans dans notre pourtant si bouillonnante métropole culturelle, Sylvain Bélanger, Olivier Choinière, Marcelle Dubois, Olivier Ducas, David Lavoie, Francis Monty, Marilyn Perreault et Annie Ranger, dont je ne saurais trop vous inciter à lire le galvanisant manifeste, ont accompli quelque chose d’immense. Ils se sont inventé une tribune, qu’ils vont de surcroît partager avec d’autres créateurs de leur trempe.

Pour escorter pareille nouveauté, pour être à la hauteur d’un tel déploiement d’inventivité, en somme pour être au diapason de son époque, il fallait que l’équipe de JEU ose elle aussi remettre en cause sa manière de rendre compte des spectacles aussi bien que des débats qui agitent les communautés théâtrales d’ici et d’ailleurs. C’est pourquoi nous avons décidé, tout en s’appuyant sur ce qui fait la force de la revue, qui célèbre cette année ses 35 ans d’existence, d’élargir le spectre de nos interventions, autrement dit de se donner une nouvelle tribune.

Avec l’aide de nos collègues, membres de la rédaction ou fidèles collaborateurs, Philippe Couture et moi allons animer ce site Web avec rigueur et passion. Vous y trouverez bien entendu des informations sur la revue, des textes intégraux tirés du plus récent numéro, mais aussi des critiques de spectacles à l’affiche et des prises de position, les nôtres aussi bien que celles des artistes qui accepteront de se commettre. J’espère de tout mon coeur que vous accepterez d’entrer en dialogue avec les observateurs exigeants de la revue JEU par le biais de ce nouveau lieu d’échange où tout est encore possible.

 

Critique de théâtre, on peut également le lire dans Le Devoir et Lettres québécoises. Il a été rédacteur en chef et directeur de JEU de 2011 à 2017.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *