Nouvelles

Olivier Sylvestre obtient le prix Gratien-Gélinas 2012

Olivier Sylvestre reçoit le Prix Gratien-Gélinas 2012 pour son texte La beauté du monde. Il est le dix-neuvième lauréat du Prix Gratien-Gélinas, prix qui reçoit l’appui de Quebecor à titre de commanditaire principal, et qui est remis annuellement par la Fondation du CEAD.

Olivier Sylvestre est diplômé du programme d’écriture dramatique à l’École nationale de théâtre du Canada en 2011. Zone HOMA a accueilli la lecture de ses textes Charlie ou la faim et Le Désert, ce dernier ayant remporté le prix du meilleur texte dramatique de l’édition 2011.

Constitué de la Bourse Françoise-Berd d’un montant de 10 000 $ pour l’auteur ainsi que d’un montant de 15 000 $ qui sera remis à la compagnie théâtrale qui portera le texte à la scène, le Prix Gratien-Gélinas est le prix le plus important décerné aux auteurs dramatiques francophones de la relève au Canada. L’auteur reçoit aussi une bourse de 2 000 $ offerte par la Première Chaîne radio de Radio-Canada.

L’auteur recevra son prix le 12 novembre prochain lors de la soirée-bénéfice de la Fondation du CEAD. Enfin, le CEAD produira une lecture publique du texte pour le faire connaître auprès des directions artistiques et des metteurs en scène, à l’occasion de l’édition 2012 de Dramaturgies en dialogue qui aura lieu au Théâtre de Quat’Sous du 5 au 9 septembre.

La beauté du monde

Sans y avoir pensé, sur un coup de tête, un jeune homme abandonne tout : son travail, ses ambitions, Maryline. Un bloc appartement, avec ses briques rouges comme une bouche, l’aspire vers le demi-sous-sol. Ses nouveaux voisins, semblables aux organes d’un corps mystérieux que relie la tuyauterie du bloc, s’emparent de lui pour le mâcher, l’avaler, le digérer – chacun l’entraînant dans sa propre quête éperdue. Plus le jeune homme se cherche, plus il s’égare : face à l’intolérable du monde, la fuite n’est-elle pas la pire des illusions ? Ne pourra-t-il jamais retrouver celle qui s’est mise à l’attendre, dans l’entrée, sous les piles de circulaires ?

Les commentaires du jury

Composé des auteures Jennifer Tremblay et Emmanuelle Jimenez, et du comédien Stéphane Jacques, le jury a commenté ainsi sa décision : « L’auteur a su créer une galerie de personnages qui non seulement constitue une radiographie de notre société, mais aussi une cartographie des désirs. À travers l’odyssée urbaine d’un jeune homme d’aujourd’hui, se crée un authentique récit initiatique où un bloc appartement miteux devient à lui seul un univers foisonnant, mystérieux, et terriblement humain.»

Deux autres textes primés

Le jury a retenu deux autres textes pour leur qualité d’écriture et leur a décerné une mention spéciale. Elles vont à Guillaume Lagarde pour Les champs pétrolifères et à Denis Lavalou pour Quand.

Communiqué de presse | CEAD

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *