Nouvelles

Pierre Rousseau, directeur artistique du Théâtre Denise-Pelletier, annonce son départ

Après avoir dirigé le Théâtre Denise-Pelletier (TDP) pendant près de 20 ans, le directeur artistique Pierre Rousseau choisit avec sérénité de passer le flambeau. Sous sa gouverne, le TDP, qui célèbre actuellement son 50e anniversaire, n’a jamais dévié de sa mission première : celle d’éveiller les jeunes au théâtre et à la culture en leur faisant découvrir la dramaturgie mondiale.

«Aujourd’hui, dans un contexte de réforme scolaire où l’on valorise davantage les compétences que les connaissances, la mission du TDP, qui en est une de transmission, est nécessaire et même vitale, affirmait Pierre Rousseau dans Le Devoir du 28 septembre 2013. D’où l’importance de non seulement donner accès aux jeunes à des œuvres majeures, mais aussi de bien les préparer à la représentation à laquelle ils assistent…»

Depuis sa nomination à titre de directeur artistique en 1995, Pierre Rousseau a diversifié les approches pédagogiques en créant des outils et en mettant en place des activités qui visent tant à préparer le jeune au spectacle qu’à épauler le travail des enseignants dans leur milieu.

En plus d’étoffer les Cahiers du TDP, un outil pédagogique fort apprécié, qui existe depuis les tout débuts de la compagnie, il a multiplié les conférences dans les écoles et offert des séries d’ateliers de formation portant sur divers aspects de la pratique théâtrale. Ces ateliers ont permis d’approfondir les connaissances en théâtre et de les appliquer dans le cadre de projets scolaires. Sans les avoir institués, il a aussi valorisé et bonifié les Prix du public étudiant qui donnent l’occasion, chaque année, à des jeunes d’exercer leur sens critique à l’endroit des créateurs et des spectacles d’une saison.

«J’ai consacré vingt ans de ma vie professionnelle à servir la mission unique et exemplaire du TDP, toujours admiratif devant la grande capacité des adolescents de recevoir, d’apprécier et même de s’identifier à une action ou un personnage, et cela même si la pièce se déroule au XVIIe siècle. Avec tous les changements qui s’opèrent aujourd’hui jusqu’au sein du corps professoral, dont la moyenne d’âge sera d’ici quelques années de 35 ans, qui n’a pas les mêmes repères, les mêmes connaissances de base, notre vocation et nos actions de soutien pédagogique sont encore plus nécessaires que jamais. Il est impératif de préserver l’accès des jeunes au théâtre et au répertoire, sans aucun doute un beau défi de “ développement durable ” pour la prochaine direction artistique», affirme Pierre Rousseau. 

En octobre dernier, lors de la Semaine pour l’école publique, la Fédération autonome de l’enseignement soulignait la contribution remarquable du Théâtre Denise-Pelletier et de son directeur artistique aux programmes d’enseignement et de formation «ayant permis d’enrichir l’environnement d’apprentissage des écoles», et soulignait la pertinence de la compagnie en honorant deux des trois fondateurs, Françoise Graton et Gilles Pelletier.

Sous la direction de Pierre Rousseau, la petite salle du TDP, la Salle Fred-Barry, a connu son plus haut taux de fréquentation et a été le banc d’essai de nombreuses jeunes compagnies de théâtre, dont la Société Richard III, le Théâtre Advienne que pourra, le Théâtre Tout à Trac et Les Productions Kléos, pour ne nommer que celles-ci. Il y a aussi mis en place des matinées scolaires qui font vivre aux jeunes spectateurs une expérience théâtrale plus intime.

Comme directeur artistique, il a programmé vingt saisons, incluant la prochaine, celle de 2014-2015, qui sera lancée au début du mois de mai. Au fil des années, il a su composer avec le défi d’intégrer les activités des deux salles de façon harmonieuse. Depuis le début de son directorat, 86 spectacles à la Salle Denise-Pelletier et 178 à la Salle Fred-Barry ont été présentés. Parmi les grandes réussites dans la grande salle, soulignons entre autres Le Menteur de Corneille (1999 et 2003), L’École des femmes de Molière (2000), Les Jumeaux vénitiens de Goldoni (2004) et, tout récemment, Marie Tudor de Victor Hugo. Pierre Rousseau a aussi laissé sa marque en programmant avec succès plusieurs adaptations théâtrales de grands romans : notons Edmond Dantès (2003) et Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas (2005), Dr Jekyll et Mr Hyde de Robert S. Stevenson (2008) et Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne (2009).

Il a su également, pendant toutes ces années, épauler le directeur général Rémi Brousseau en assurant une gestion responsable de la compagnie. Il a aussi participé activement au dossier complexe de la rénovation du théâtre, dont les travaux ont été terminés en 2010. «La contribution de Pierre dans la vie de notre compagnie fut structurante, dit Rémi Brousseau. Au cours de son mandat de directeur artistique, le plus long de la compagnie, il a œuvré à consolider et à faire rayonner nos activités. Je veux saluer son intégrité et son talent. De façon plus personnelle, je le remercie pour ces deux décennies remplies de moments forts et d’avoir été ce collaborateur hors pair de tous les jours.»

Pierre Rousseau quittera son poste le 30 juin 2014. Un comité de présélection issu du conseil d’administration et d’artisans extérieurs, présidé par Jean Leclerc, ouvrira un concours public au cours des prochaines semaines. Une nomination est attendue pour la fin du printemps.

Le Théâtre Denise-Pelletier a accueilli depuis 50 ans plus de 5 millions de spectateurs, il a donné quelque 10 000 représentations, monté et accueilli plus de 500 productions. La compagnie est fréquentée à 85 % d’élèves du secondaire et d’étudiants du niveau collégial et universitaire. Aujourd’hui, près de 70 000 étudiants en provenance d’environ 250 établissements franchissent chaque année les portes du Théâtre. 

Communiqué // Théâtre Denise-Pelletier

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *