Nouvelles

Meg Stuart lauréate du Grand Prix de la danse de Montréal

Les Prix de la danse de Montréal (PDM) ont été décernés lors d’une cérémonie à l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme de la Place des Arts. Le Conseil des arts et des lettres du Québec  a remis le Prix du CALQ– Meilleure œuvre chorégraphique de la saison 2013-2014, alors que le Regroupement québécois de la danse (RQD) a ajouté sa contribution à l’événement en remettant, pour la première fois, le Prix du RQD–interprète.

Le Grand Prix de la danse de Montréal 2014

C’est la chorégraphe et interprète américaine Meg Stuart qui s’est vu décerner le Grand Prix de la danse de Montréal 2014, assorti d’une bourse de 15 000 $ offerte par Québecor et des donateurs privés.

Meg Stuart qui présentait sa pièce Built to Last au Festival TransAmérique (FTA) en mai 2014 se voit ainsi récompensée pour sa contribution exceptionnelle à l’avancement de la danse. Cette artiste si représentative de sa génération possède un imaginaire débridé. Elle sait s’entourer de personnalités créatives fortes dans le respect de leur apport et leur laisse l’espace nécessaire afin de tirer le meilleur de ces collaborations. Le jury a particulièrement voulu saluer l’apport de son travail qui explore une autre perception du corps et l’audace dont elle fait preuve en créant des œuvres dérangeantes. On souligne également son lien fort avec Montréal et sa présence récurrente. Enseignante recherchée, artiste pluridisciplinaire, elle a fait l’objet de nombreux essais universitaires et publications spécialisées qui témoignent de la richesse et du rayonnement d’une carrière d’interprète et de chorégraphe prolifique.

Le Prix du CALQ – Meilleure œuvre chorégraphique de la saison 2013-2014

Ce prix, assorti d’un montant de 10 000 $, a été remis à Benoît Lachambre pour sa création Prismes, créée en octobre 2013 au Théâtre Centennial de Sherbrooke, avant d’être présentée à l’Agora de la danse de Montréal, puis à Ottawa en juin 2014.

Avec cette œuvre, Benoît Lachambre entraîne six interprètes de Montréal Danse et les spectateurs dans des jeux de perception, étudiant la présence physique des danseurs, travaillant sur la luminosité, sur la façon dont les corps interagissent entre eux, subrepticement. Dans cette œuvre, le chorégraphe relève et réveille la présence de ses interprètes en jouant avec des couleurs vives, fluctuantes, outrageusement opposées, en créant le déséquilibre et le décalage, amplifiant l’illusion ou altérant la symétrie.

« Je suis fier de remettre ce prix à Benoît Lachambre, un chorégraphe audacieux à la signature avant-gardiste. Les membres du comité de sélection du CALQ ont souligné l’originalité de Prismes et l’habile construction de l’œuvre. Le spectacle a également séduit les membres par son esthétique mariant le kitsch et le classique, par ses fascinants éclairages et la justesse d’interprétation des danseurs » a mentionné Stéphan La Roche du CALQ. Pour ceux qui n’auraient pu y assister, cette œuvre est actuellement présentée en reprise jusqu’au 6 décembre à la Cinquième salle de la Place des Arts, en coprésentation avec Danse Danse.

Le Prix du Regroupement québécois de la danse (RQD) – interprète

Le Regroupement québécois de la danse et la Caisse de la Culture ont remis le tout premier Prix du RQD-interprète, assorti d’une bourse de 10 000 $, à Carol Prieur, figure emblématique de la Compagnie Marie Chouinard. Carol Prieur, actuellement en tournée en France avec la Compagnie Marie Chouinard, a tenu à livrer ses remerciements au public présent par l’entremise d’une vidéo.

Cette année, le RQD a confié au jury des PDM le soin de désigner le(la) lauréat(e) du prix. Le choix de Carol Prieur s’est rapidement imposé parmi les membres du jury en raison de sa présence scénique exceptionnelle, sa force extraordinaire et son intime compréhension du corps et des œuvres qu’elle porte. «Si le prix célèbre la virtuosité incomparable de Carol Prieur et la rigueur de sa démarche artistique, c’est aussi l’occasion de témoigner de son engagement indéfectible et de sa grande générosité à l’endroit de la communauté des danseurs et de l’ensemble de la discipline », a déclaré Lorraine Hébert, directrice générale du RQD.

Le Prix du RQD–interprète est remis pour la première fois cette année à l’occasion du 30e anniversaire du RQD qui nourrit depuis longtemps le désir de rendre hommage publiquement aux interprètes, ceux et celles par qui la danse advient, s’anime, prend forme, devient œuvre, corps scénique, point de rencontre avec le public.

Communiqué de presse //Prix de la danse

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *