Nouvelles

Claude Poissant dévoile sa toute première saison au Théâtre Denise-Pelletier

Le Théâtre Denise-Pelletier (TDP) dévoile sa saison 2015-2016, composée de treize spectacles, la toute première de son nouveau directeur artistique Claude Poissant : « Cette saison est une prise de parole, la mienne bien sûr, mais encore plus celle d’une équipe et de nombreux artistes qui vivent sans cesse au cœur d’une réflexion et d’une action qui n’ont de pertinence que si l’art et le théâtre s’ancrent à chaque jour, malgré notre histoire et celle à venir, dans le temps présent ».

Quatre grands rendez-vous à la Salle Denise-Pelletier

L’un des plus beaux textes romantiques sur la naissance et la mort de l’amour, trop peu joué ici, ouvrira la saison 2015-2016 dans la grande salle du TDP, du 30 septembre au 24 octobre 2015 : ON NE BADINE PAS AVEC L’AMOUR d’Alfred de Musset, publié en 1834, après le tumulte des amours entre Musset et l’écrivaine Georges Sand. Claude Poissant mettra en scène Musset pour la troisième fois après Lorenzaccio au TDP (1999) et Les Caprices de Marianne au Théâtre du Trident (2000).

Après le succès obtenu en 2011 au TDP, MÜNCHHAUSEN, LES MACHINERIES DE L’IMAGINAIRE, d’après les aventures véritables et véridiques du Baron de Münchhausen, est de retour du 11 novembre au 9 décembre 2015. Grand fabulateur devant l’éternel, digne descendant de Don Quichotte et du Capitan de la commedia dell’arte, ancêtre du Capitaine Bonhomme et grand cousin de Cyrano, Münchhausen symbolise la quintessence du pouvoir de faire rêver. Le metteur en scène Hugo Bélanger est l’un des rares à s’immiscer avec beaucoup de précision et de finesse dans les mondes du rêve, de l’illusion et du faux-semblant avec des histoires aussi farfelues qu’elles sont des odes à l’intelligence. Une production de Tout à Trac.

À l’affiche du 3 au 27 février 2016, LE MIEL EST PLUS DOUX QUE LE SANG de Simone Chartrand et Philippe Soldevila, pièce écrite et jouée il y a vingt ans, est une œuvre phare sur les forces de la jeunesse, de l’art et de la dissidence. En 1922, à la résidence étudiante de Madrid, trois jeunes hommes font connaissance. Ils s’appellent Salvador Dali, Federico Garcia Lorca et Luis Buñuel, et sont prédestinés à changer le cours de l’histoire par leurs influences artistiques. La metteure en scène Catherine Vidal  fouille le cœur du peuple espagnol pour y extraire le désir, la révolte, la détermination, tout ce qui définit si bien le mouvement dadaïste et le mouvement surréaliste qui ont connu, entre les deux guerres, une manifeste expansion.

Enfin, du 23 mars au 16 avril 2016, une fable sur l’enfance et la guerre, L’ORANGERAIE de Larry Tremblay, qui a adapté son roman pour la scène. L’œuvre romanesque, traduite en six langues, a déjà reçu plusieurs prix depuis sa publication en 2013 dont le Prix des libraires du Québec et il y a quelques jours, le Prix littéraire des collégiens. Claude Poissant signera la mise en scène. Des frères jumeaux auraient pu vivre paisiblement à l’ombre des orangers si un obus n’avait pas traversé le ciel et tué leurs grands-parents. La guerre s’empare de leur enfance et sépare leurs destins. En coproduction avec le Théâtre du Trident.

La Salle Fred-Barry : une saison forte en créations

Du 8 au 26 septembre 2015, RENDEZ-VOUS GARE DE L’EST, pièce intimiste du metteur en scène Guillaume Vincent, se dépose pour quinze soirs à Montréal, après Avignon et une tournée de nombreux théâtres français.

Martin Bellemare retrouve du 6 au 24 octobre 2015 l’ardent metteur en scène Gaétan Paré et un solide quintuor de comédiens pour recréer LA LIBERTÉ. Cette œuvre volontairement trouble, entre réalisme et symbolisme, parle travail, famille, Dieu et suicide assisté avec un humour clairvoyant. Collectif ad hoc la Liberté.

Du 3 au 21 novembre 2015, une production du Théâtre Bluff qui amorce une résidence au TDP jusqu’en 2018 : LES HAUT-PARLEURS du très actif, toujours sensible et percutant jeune auteur et metteur en scène Sébastien David.

On poursuit du 1er au 19 décembre 2015 avec SHERLOCK HOLMES ET LE CHIEN DES BASKERVILLE de Sir Arthur Conan Doyle. Cette adaptation ludique et joyeusement étourdissante est jouée depuis 2012 avec un immense succès au Royaume-Uni par Peepolykus, ses créateurs. Mise en scène de Frédéric Bélanger. Une production du Théâtre Advienne que pourra.

Dans MULIATS se rejoignent les discours d’artistes provenant d’horizons divers : innu, huron-wendate, attikamekw, abénakis et allochtone. La mise en scène est de Xavier Huard.  Un spectacle des Productions Menuentakuan présenté du 2 au 20 février 2016.  

LOVE IS IN THE BIRDS : une soirée francophone sans boule disco du Théâtre du Trillium d’Ottawa sera de passage à Montréal du 24 au 27 février 2016. Cette soirée éloquente, au confluent des courants dramaturgiques actuels, met en scène de nouvelles écritures issues de la Francophonie. Anne-Marie White signe la mise en scène.

FRATRIE du Québécois Marc-Antoine Cyr prendra l’affiche du 8 au 26 mars 2016, dans une mise en scène de Didier Girauldon. Véritable objet d’orfèvrerie, cette œuvre est une réflexion sur l’enfance de l’homme. Marc-Antoine Cyr est auteur en résidence au TDP jusqu’en 2018.

Du 5 au 23 avril 2016, SIMONE ET LE WHOLE SHEBANG d’Eugénie Beaudry, une complainte dramatique et un rendez-vous légèrement western et sensuel entre deux vieux, Simone et Jessy. Pour accompagner ces âmes douces-amères, Le Laboratoire théâtre a choisi Jean-Simon Traversy comme metteur en scène.

Puis cette saison verra naître une nouvelle édition des ZURBAINS, grand projet d’écriture pour des milliers de jeunes, qui composent un conte urbain. Cette année, un texte de Robin Aubert et quatre textes d’adolescents, dans une mise en scène de Monique Gosselin. Une production du Théâtre Le Clou. 

Communiqué de presse | Théâtre Denise-Pelletier

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *