Entrevues

Marie-Hélène Larose-Truchon : Parler de l’immensité du territoire

Diplômée en écriture dramatique de l’École nationale de théâtre en 2012, Marie-Hélène Larose-Truchon est également détentrice d’un baccalauréat en études littéraires et d’un certificat en création littéraire de l’UQAM. Riche de ce bagage, elle a beaucoup voyagé, et effectué de longs séjours aux États-Unis. Son plus récent texte, Un oiseau m’attend, a été sélectionné pour la prochaine édition de Dramaturgies en dialogue, qui se déroulera du 20 au 27 août au Théâtre d’Aujourd’hui.

Dans l’immensité

« Un oiseau m’attend est une réflexion sur le territoire, dit Marie-Hélène Larose-Truchon au téléphone. En 2012, mon père est devenu propriétaire d’un lot dans une Zone d’exploitation contrôlée (ZEC). Nous avons alors fait un grand tour sur cette terre, et j’ai été impressionnée par l’immensité du territoire et les épinettes cordées si serrées que j’aurais pu disparaître dans les arbres ! Souvent, au Québec, on se promène dans le bois et on trouve une vieille voiture abandonnée, une laveuse… Ce jour-là, je suis tombée sur un tas de déchets brûlés. J’ai imaginé des gens qui restaient sur ces terres. »

L’auteure précise que ses deux personnages, Joe et Catalina, sont « perdues dans l’immensité » : « Elles se demandent d’où elles viennent et où elle s’en vont. Au-delà de l’histoire, en faisant des recherches, je me suis rendue compte à quel point je connaissais mal les grands territoires. Bien avant l’abolition des clubs de chasses privés, et avant que les ZEC permettent une réappropriation des terres par les Québécois, certaines de ces terres étaient autrefois des terrains de chasse amérindiens. »

Dramaturgies en dialogue

Marie-Hélène Larose-Truchon avait déjà présenté, en 2014, un premier texte à Dramaturgies en dialogue, Minuit, qui avait obtenu une mention au Prix Gratien-Gelinas. Le texte avait auparavant été mis en scène par Gill Champagne, avec les étudiants de l’École nationale de théâtre. Pour Un oiseau m’attend, l’auteure a travaillé seule pendant deux ans avant de proposer son texte au CEAD. Retenu pour Dramaturgies en dialogue, il a fait l’objet d’un atelier piloté par Paul Lefebvre, avec la metteure en scène Marie-Ève Huot.

« En 2013, explique l’auteure, Marie-Ève avait fait la mise en scène de Reviens !, un texte avec lequel j’ai remporté le concours “Le théâtre jeune public et la relève”. Cette pièce a été présentée à Sainte-Thérèse par les finissants de l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx et à la Maison Théâtre en janvier 2014. J’ai beaucoup aimé collaborer avec Marie-Ève Huot. De plus, je crois que les thématiques évoquées dans Un oiseau m’attend l’ont particulièrement touchée, aussi, il était tout naturel que ce soit elle qui fasse la mise en lecture. » Marie-Ève Huot dirigera Emmanuelle Lussier-Martinez, Michel Mongeau, Estelle Richard et Jade-Mariuka Robitaille.

Écrire le plus possible

En 2013, Marie-Hélène Larose-Truchon a participé à un stage d’un mois autour du théâtre pour la petite enfance, qui se déroulait dans trois festivals  internationaux, Méli’môme à Reims, Petits-Bonheurs à Montréal et Pépites à Charleroi : « J’aime beaucoup le théâtre pour le jeune public, j’ai écrit plusieurs textes pour les enfants. En octobre prochain, je serai en résidence d’écriture de théâtre pour la jeunesse au Bic, avec trois auteurs québécois et trois auteurs français. » Et elle s’empresse d’ajouter : « Mais j’écris également une pièce pour le grand public ! Et je reste ouverte à d’autres formes littéraires. En fait, j’écris le plus possible… »

Un oiseau m’attend

Texte de Marie-Hélène Larose-Truchon. Mise en lecture de Marie-Ève Huot. Au Théâtre d’Aujourd’hui le mardi 25 août à 19 h.

À propos de

Rédactrice indépendante, membre de la rédaction de JEU de 2009 à 2019, rédactrice en chef de la publication Marionnettes, elle collabore avec diverses entreprises culturelles du grand Montréal.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *