Nouvelles

Anick La Bissonnière remporte le Prix Siminovitch 2015

Anick La Bissonnière se voit décerner la plus prestigieuse récompense en théâtre au Canada – Le Prix Siminovitch. Cette année marque le 15e anniversaire de ce grand honneur qui a été célébré au gala d’hier soir au Hart House Theatre à Toronto. Dans le cadre du prix de 100 000 $, Anick La Bissonnière reçoit 75 000 $ et Marilène Bastien, qu’elle a choisie comme protégée, reçoit 25 000 $.

Anick La Bissonnière était au nombre des quatre finalistes de talent pour cette année. Pour la première fois, le Prix Siminovitch a ajouté la somme de 15 000 $ qui sera répartie entre les trois autres finalistes : Bretta GereckeTrevor Schwellnus et Nancy Tobin.
 
« En accordant le Prix Siminovitch 2015 à Anick La Bissonnière, le jury reconnaît son talent extraordinaire pour créer des environnements épiques, à couper le souffle, et qui restent pourtant intimes, subtils, et chaleureux pour les comédiens », a déclaré le président du jury, Bob White. « Cette capacité d’imaginer des mondes originaux et complets pour les spectacles qu’elle crée et de donner les moyens aux acteurs de mettre à nu l’âme humaine, fait d’Anick La Bissonnière une artiste de théâtre rare et précieuse. » Il a ajouté « Des lignes nettes, une utilisation dynamique de l’espace négatif et un don du geste audacieux, font du travail d’Anick La Bissonnière une œuvre unique et d’avant-garde. »
 
Anick La Bissonnière a étudié l’architecture en Suisse et à Montréal avant de se voir confier sa première scénographie professionnelle en 1993. Depuis, elle a collaboré avec des douzaines de metteurs en scène canadiens de talent, parmi lesquels André Brassard, Gilles Maheu, Matthew Jocelyn et sa collaboratrice la plus fréquente, lauréate du Prix Siminovitch, Brigitte Haentjens. Ses scénographies ont été produites dans le monde entier, sur des scènes aussi renommées que le Théâtre du Châtelet à Paris, le Festival d’Avignon, le Brooklyn Academy of Music à New York, et le Teatro Colon à Buenos Aires. Elle a créé des œuvres primées pour le théâtre, la danse, le cinéma, des événements urbains, des cirques, des musés et des installations in situ. Depuis 2010, Anick La Bissonnière dispense son savoir en design aux étudiants de l’Université du Québec à Montréal. Elle a été finaliste du Prix Siminovitch en 2006, 2009 et 2012.
 
« Après trois nominations, je pense que j’avais inconsciemment résolu que la quatrième finirait de la même façon », a déclaré Anick La Bissonnière. « Me retrouver à nouveau parmi les finalistes était extraordinaire. Cela signifie que, au fil des ans, toute ma carrière a été reconnue par le jury Siminovitch. Recevoir le prix est un incroyable honneur et un immense cadeau qui offre la possibilité de liberté. »
 
Marilène Bastien a été choisie comme protégée par Anick La Bissonnière. Designer aux talents multiples de décors, costumes et accessoires, Marilène Bastien a créé scénographies et costumes pour de nombreuses productions prestigieuses en théâtre, en cirque et en danse. Marilène Bastien a fait partie de l’équipe de création du Festival Montréal Complètement Cirque, pour lequel elle a créé les costumes des 40 acrobates et danseurs. En été 2015, elle a créé les costumes pour Le monde est fou, une production du Cirque du Soleil, mise en scène par Jean-Guy Legault.
 
Interrogée sur sa réaction quand elle a appris qu’elle était choisie comme protégée, Marilène Bastien a déclaré « La surprise est si grande et l’émotion si forte, mon cœur s’emballe, les mots s’arrêtent. Cette reconnaissance inespérée et inattendue vient me happer et me remplir de sentiments saisissants, je suis émue, fière, honorée. »
 
[…] « Chaque année depuis sa création en 2001, le Prix Siminovitch met pleins feux sur des artistes de théâtre canadiens exceptionnels. Cette récompense stimule et permet aux lauréats de se dépasser dans leur travail, elle hisse leur œuvre sur le plan national et international et elle sert de tremplin à l’avancement de leur carrière » a déclaré le Dr. Kathy Siminovitch, Présidente du Conseil d’administration. « Le prix et son volet protégé nous permettent de réfléchir à l’importance du théâtre dans la vie culturelle du pays, au besoin de soutenir les artistes, de les reconnaître, de leur donner l’occasion de prendre des risques et la valeur extraordinaire du mentorat. Nous sommes ravis de soutenir des artistes de théâtre canadiens avec l’appui de notre parrain RBC Wealth Management, et nos partenaires, l’Université de Toronto, Hart House Theatre et les Amis du Prix Siminovitch. »

Communiqué de presse | Prix Siminovitch

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *