Critiques

Duo en morceaux : Le couple s’éclate

souligner existence Théâtre lancé

Pour souligner ses 20 ans d’existence, le Théâtre I.N.K. s’est lancé un défi : la création d’une pièce sur le couple, écrite et dirigée par huit artistes québécoises, françaises et belges, le tout interprété par six comédien·nes. Duo en morceaux, présentée au Théâtre Aux Écuries, raconte, en mots et en mouvements, les moments charnières de la vie de Philippe et Clémentine, de leurs premiers émois à l’adolescence jusqu’au crépuscule de leur existence.

Chaque représentation est unique. En effet, 16 scènes ont été préparées par l’équipe, mais seulement sept sont jouées chaque soir. Le choix se fait au hasard, alors que la distribution demande au public d’effectuer un tirage au sort, puis de déterminer l’ordre des numéros. Lors de la première, nous avons eu droit aux tableaux abordant l’intensité des amours de jeunesse, la difficulté de dire « je t’aime », l’infidélité, le choix d’avoir ou non des enfants, le décès, la décision d’emménager ensemble, ainsi que les premiers ébats sexuels.

souligner existence Théâtre lancéSylvie-AnnParé

Les textes ont été inspirés par une centaine d’entrevues réalisées par l’équipe du Théâtre I.N.K. avec des hommes et des femmes de tous les âges. Cette méthode de recherche, jumelée au talent indéniable des huit autrices, confère aux dialogues, souvent savoureux, une portée universelle. Le segment, signé Isabelle Wéry, dans lequel les jeunes décrivent leurs nouvelles expériences sentimentales, est particulièrement réussi. Les répliques, déclamées un peu à la manière d’un slam par Clara Prieur et Maxime-Olivier Potvin, sont percutantes et illustrent parfaitement l’absence de compromis qui caractérise les premières relations.

Dans le désordre

Les numéros sont entrecoupés d’interactions avec les spectateurs et spectatrices, ainsi que de transitions, pendant lesquelles les membres de la distribution échangent des directives et bougent des éléments du décor. Des mélodies électroniques rythmées, des costumes aux tons vitaminés, de même que des effets stroboscopiques ajoutent au caractère ludique de l’œuvre. Cela résulte en un joyeux bordel, sympathique et dynamique, mais qui empêche l’immersion totale dans le récit de Philippe et Clémentine.

souligner existence Théâtre lancéSylvie-AnnParé

L’imprévisibilité inhérente à toute liaison passionnée trouve écho dans la forme éclatée de Duo en morceaux. Les personnages évoluent, leurs désirs et besoins tout autant. Mais les thématiques abordées dans cette dernière proposition du Théâtre I.N.K. ne sont qu’effleurées, les scènes ne durant que quelques minutes chacune. La forme semble malheureusement prendre le dessus sur le contenu.

Le spectacle reste néanmoins une charmante illustration de la vulnérabilité de l’être humain au sein du tandem amoureux. On se laisse volontiers attendrir par les effusions de tendresse et la gaucherie des deux protagonistes. Et on sort du théâtre le cœur léger, en se rappelant, comme l’a écrit l’auteur français Charles Péguy, que : « L’amour excuse bien des maladresses. »

Duo en morceaux

Idéation et direction artistique : Marilyn Perreault. Création : Marie Béland, Laurence Castonguay Emery, Alix Dufresne, Sophie Gee, Florence Loison, Annie Ranger, Anne Thériault et Isabelle Wéry.  Assistance à la mise en scène et régie : Félix-Antoine Gauthier. Décors : Marie-Eve Fortier. Costumes : Sophie El Assaad. Éclairages : Joëlle LeBlanc. Conception sonore : Marie-Frédérique Gravel. Conseils en jeu improvisé : Frédéric Barbusci.  Avec Jade Barshee, Richard Fréchette, Jon Lachlan Stewart, Maxime-Olivier Potvin, Clara Prieur et Jacqueline van de Geer. Une production du Théâtre I.N.K., en codiffusion avec le Théâtre Aux Écuries, présentée au Théâtre Aux Écuries jusqu’au 12 novembre 2022.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *