Nouvelles

L’Usine C célèbre ses 20 ans

Danièle de Fontenay, cofondatrice, directrice artistique et codirectrice générale de l’Usine C, recevait aujourd’hui plusieurs invités de marque, élus, fondateurs, partenaires et artistes, afin de souligner les 20 ans de l’institution et d’annoncer une saison anniversaire à couper le souffle !

Outre le retour des Chiens de Navarre, du Germinal de l’Amicale de Production, l’incarnation très attendue de Robert Lepage en marquis de Sade et l’opus d’Annabel Soutar annoncés plus tôt ce printemps, cette prolifique saison sera marquée par les œuvres d’artistes réputés de la scène nationale et internationale.

Explorant les territoires de l’intime, du politique et du social, tous font de la scène un espace de résistance humaniste, à la recherche de nouveaux codes subversifs. Le public pourra ainsi se réjouir de retrouver le théâtre percutant d’Angela Konrad, d’accueillir l’univers singulier de Catherine Gaudet, de découvrir la version décadente d’un Roméo et Juliette revisitée par Jérémie Niel, ou de s’émouvoir du portrait sensible que dresse Anne Marie Ouellet de nos ainés. Jan Martens, l’étoile montante de la danse flamande sera également invité à présenter une œuvre athlétique d’une grande intensité physique, dans un spectacle inédit qui met en scène la guerre des corps.

Cette année marque aussi le retour de Temps d’Images. Michèle Anne De Mey et Jaco Van Dormael, le duo créateur du mémorable Kiss & Cry, sèmeront sans doute une fois de plus l’émoi général, en lançant leur nouveau nanoballet en première nord-américaine. À leurs côtés, Liz Santoro, Dustin Harvey, Chad Dembski, Priscilla Guy, Catherine Lavoie Marcus, Zachary Oberzan, Pauline Simon, bouleverseront notre rapport à la représentation à travers des productions hybrides qui célèbrent le métissage des disciplines artistiques.

L’Usine C rendra un hommage cinématographique à Carbone 14. Les 11, 12 et 13 septembre, le public sera convié à une série de projections d’œuvres de la compagnie sous l’égide de son créateur, Gilles Maheu, pour mettre en valeur un passé riche et fécond qui résonne encore dans le paysage théâtral québécois d’aujourd’hui.

Communiqué de presse | Usine C

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *